NON à une caisse maladie unique, étatisée



Votation sur l’initiative socialiste de vouloir instaurer une caisse maladie étatisée

La votation du 28 septembre 2014 concerne entre autres l’initiative «  Pour une caisse maladie publique », autrement dit, une caisse maladie unique et étatisée.

C’est un choix de société, soit socialiste, soit libérale à visage humaine, qui vous êtes posé. Une caisse maladie publique et unique sera une sorte de Sécu française à la sauce helvétique, un managed care étatique, dirigé par l’Etat, après le rejet du Managed care en 2012. L’acceptation de la caisse unique mettra définitivement les patients, la liberté thérapeutique et les prestataires de soins sous tutelle étatique et centralisée, sans pour autant des économies substantielles pourront être réalisées.

Par ailleurs, la Jeunesse socialiste admet sous la devise »démocratisation au profit du peuple » de vouloir étatiser des larges branches économiques.
Un « déjà vu » dans les anciens pays de l’Est ! Inutile de vous rappeler que ce système avait largement fait faillite et conduisit à la chute du mur de Berlin et du rideau de fer.

Toute institution étatique, en particulier dans le domaine de la santé, comme à l’AI, l’AMF, la SUVA et les CMS, entraine inévitablement une bureaucratie supplémentaire et plus cher. Une caisse maladie publique, étatisée, ne dérogera certainement pas à cette constante.

Finalement, le manque de concurrence étouffera toute innovation médicale précoce, à moins que vous ayez pu conclure une assurance complémentaire. Voilà, la porte grande ouverte à une médecine à deux vitesses. Est-ce ça que vous voulez ?

En conclusion,
le patient-citoyen ne gagnera rien à ce changement, les prestataires de soins non plus, mais les contribuables perdront 2 milliards de francs en finançant un tremblement de terre à issu incertain pour le système de santé suisse, sans pour autant en obtenir un bénéfice ou un gain substantiel en efficacité, en durabilité et en économicité. Cet argent (2 milliards) pourra sûrement être mieux affecté sur le plan social. Finalement, une caisse maladie unique n’entravera pas la hausse des primes, bien au contraire, ou elle sera largement déficitaire si vous regardez les énormes déficits accumulés par les systèmes de santé étatisés dans d’autres pays comme la France (115 milliards), le Royaume-Uni (30 milliards) et l’Italie (46 milliards).

Pour toutes ces raisons, il faut voter NON à ce leurre socialiste d’une caisse maladie publique sous la forme d’une caisse maladie étatisée, unique, une sorte de Sécu française à la sauce helvétique. MHR / 22.6.14-10.7.14-22.7.14

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s